Couverture ficelle 123, Pépin de Cupidon
gravure pointe sèche

ficelle 123 Pépin de Cupidon

Auteur du texte Annie Dana, peintures et gravures Thérèse Boucraut –

ISBN 979-10-93019-23-9 ; ISSN 1252-5405

38 p., 10 x 15 cm, broché cousu, 300 ex.
Présenté en enveloppe «Mail Art»

9,00€

Description du produit

Cupidon, d’après le plus grand nombre de poètes, naquit de Mars et de Vénus. Dès qu’il eut vu le jour, Jupiter, qui connut à sa physionomie tous les troubles qu’il causerait, voulut obliger Vénus à s’en défaire. Pour le dérober à la colère de Jupiter, elle le cacha dans les bois. Aussitôt qu’il put manier l’arc, il s’en fit un de frêne, employa le cyprès à faire des flèches, et essaya sur les animaux…//

Annie Dana
Bibliographie
En cours : écriture de deux textes de fiction
« Séances de cinéma »
« Loin, l’amour »
Textes inédits : « Le danger des aveux » (fiction)
« Tableaux de maîtres » (recueil de nouvelles)
« Double enjeu »(fiction) Roman de groupe, « Rouge mémoire » avec Michel Host, Jean Claude Bologne, Alain Absire, Jean-Luc Moreau, Denis Borel.
Parutions : « De Pontoise à Osny » : Film documentaire en milieu pénitentiaire
(Ministère de la Justice).
« Les révolutions de la justice » parcours sonore, (Conciergerie)
« Odysséa » : Pièce de Théâtre diffusée sur France Culture au « Nouveau Répertoire Dramatique ».
« L’Oracle inversé » : Roman (Editions Rupture) extraits diffusés sur France Culture dans l’émission « Un livre, des voix ».
« Éblouie » : Fiction (Editions Rupture) Lecture à Théâtre Ouvert, extraits diffusée sur France Culture dans l’émission « Écritures de femmes »
Publication de nouvelles dans plusieurs revues : Nouvelle Donne, La Barbacane,
La Sœur de l’Ange, Écrit(s) du Nord.

Thérèse Boucraut

Peintre et graveur.

À mon horizon de tout temps s’est maintenu le désir de dessiner des images pour un texte, pour un livre. Mais en ce domaine, longtemps peu d’objets ont été produits. Or pour travailler sur un texte, certaines conditions doivent se présenter : une rencontre, une demande, une urgence, il faut presque être au pied du mur, mais il faut aussi être prêt. Pour le diplôme de fin d’étude à l’ENSAD j’ai gravé cinq eaux-fortes pour « L’enfant et les sortilèges » de Ravel sur le livret de Colette. Pour mon fils, j’ai au début des années 60 écrit et illustré un conte moderne autour de la rencontre d’un crabe avec la grande ville et un enfant, livre inédit. En 1967, à la demande de Tomiko Asabuki, j’ai fait pour la traduction japonaise de « Mémoires d’une jeune fille rangée » de Simone de Beauvoir, 7 dessins à la plume. C’est à la fin des années 80 qu’une pratique assidue de la gravure m’a amené à faire de 1997 à 2005 quatre livres de bibliophilie : « À travers », avec Juliette Agnel, « L’Errante », avec Claudine Bertrand, « Le vent-paysage », avec Christian Noorbergen, « Ligne de vie en rhizome », avec Francis Coffinet. Maintenant, voici 12 dessins pour « Révisions» de Patricia Castex-Menier, à la demande de ficelle. En toutes ces entreprises, j’ai le sentiment d’avoir parfois forcé le destin !

Puis ce présent ouvrage gravé à la pointe sèche et aquateinte sur cuivre,

Thérèse Boucraut, peintre et graveur.